Un projet en syntropie

Jardins Vivants se prépare à changer d’herbage !

Depuis près de deux ans que nous cherchions un terrain pour expérimenter l’agriculture syntropique, les choses se précisent… Nous, car c’est à la fois un projet personnel et un projet professionnel.

Nous allons commencer tout petit, sur 60 m2, sur un terrain où s’implante une jardin-forêt, initiée par une association (Forêt-Spirée) et un pépiniériste à Moirans (38) l’hiver 2022-2023.

Dès le printemps 2024, nous allons préparer le terrain et expérimenter un potager syntropique, destiné à devenir la strate arbustive basse de la forêt-jardin.

Et plus tard dans l’année ou l’année prochaine, nous poursuivrons cette exploration sur un terrain un peu plus grand.

Ce partenariat réjouissant s’inscrit dans une continuité d’actions partagées ensemble, à travers la plantation d’arbres sur des terrains communaux de Moirans, superbement orchestrée par l’association.

 

Des chantiers participatifs et des formations vont se mettre en place, consultez notre agenda !

 

La raison d’être de notre projet de syntropie

Nous cherchons à expérimenter l’agriculture syntropique, en lien avec les acteurs engagés dans cette dynamique : créer des espaces nourriciers résilients en plaçant l’arbre au cœur des processus du vivant, en régénérant les sols et la biodiversité et en cultivant l’eau.

Nous voulons transmettre et accompagner avec créativité le lien au vivant.

Nous œuvrons à retrouver notre place de “terrestre” au sein du vivant.

Comment notre raison d’être se décline

Nous cherchons

Notre posture est humble. Cette démarche de syntropie, même si elle s’inscrit dans une démarche permacole, est nouvelle pour nous et notre désir de recherche rejoint une quête pour aller toujours plus dans et vers le vivant.

à expérimenter

C’est un immense domaine d’innovation pour explorer encore plus les associations entre les végétaux. C’est la première fois que nous allons pouvoir planter des arbres à plus large échelle que ce que nous avons fait précédemment dans nos différents jardins. L’idée est bien de pratiquer, d’observer et de pratiquer encore, les mains dans la terre. Nous apprenons de nos erreurs pour expérimenter toujours plus.

l’agriculture syntropique

Elle consiste à recréer des systèmes complexes en plantant simultanément et de manière très dense pour maintenant et pour dans 100 ans. Elle est basée sur une organisation du système dans le temps (la succession) et dans l’espace (les étages de végétation) et sur l’apport énorme de biomasse au sol.

en lien avec les acteurs engagés dans cette dynamique

Nous nous inscrivons effectivement dans un réseau de personnes qui expérimentent et partagent généreusement leurs recherches en France. L’idée est bien d’avancer ensemble dans ce vaste et réjouissant champ d’exploration.

Créer des espaces nourriciers résilients

Notre but est de produire des aliments sains, avec une production qui aggrade sols, biodiversité et climat : aller vers une agriculture du vivant pour subvenir à nos besoins. Cette agriculture est basée sur la coopération entre les êtres humains et entre les êtres humains et les autres règnes.

en plaçant l’arbre au cœur des processus du vivant

Nous nous inspirons de la forêt avec ses multiples interactions et interdépendances pour créer un écosystème pérenne, multi-étagé et nourricier. Placer ou replacer l’arbre au cœur de nos écosystèmes, c’est comprendre que le vivant va toujours vers plus de complexification et de coopération vers l’abondance. La taille est une fonction essentielle de l’être humain pour dynamiser sols et productions.

en régénérant les sols

Par la taille, nous apportons énormément de biomasse au sol. La densification des plantations est aussi fondamentale pour redonner de la vie dans les sols.

et la biodiversité

Un écosystème en syntropie inclut de nombreux écosystèmes, suivant le choix du design. Les plantations comprennent de multiples espèces végétales. La faune réapparait grâce à la diversité et multiplicité des milieux (mares, végétaux, sol…).

et en cultivant l’eau

Les arbres de différentes hauteurs recyclent l’évapotranspiration. La masse de végétaux intensifie la photosynthèse et invite l’eau dans le système. La grande quantité de matière organique dans le sol permet d’y retenir l’eau. C’est finalement un microclimat qui se crée.

Nous voulons

Notre volonté est la continuité d’un engagement au service du vivant depuis une quinzaine d’années et participe d’une évolution nécessaire pour s’adapter aux changements climatiques et faire face aux défis écologiques majeurs. Elle nécessite de s’associer avec d’autres acteurs amoureux des arbres et du vivant.

transmettre

Nos découvertes et nos expériences sont à partager à différents publics (enfants et adultes), à travers ateliers, chantiers, formations, rencontres, évènements artistiques, etc. La transmission est au cœur de notre métier et le fruit de nombreuses années de pédagogie participative et ludique.

 

et accompagner

Nous sommes des passeurs et passeuses, pour donner à voir et à imaginer un autre rapport au vivant et une autre manière de produire pour subvenir à nos besoins. Nous balisons le chemin et aspirons à vous embarquer sur ce chemin passionnant ! Nous multiplions les portes d’entrée et les accès à ce lien au vivant.

 

avec créativité

Nous avons une expérience, des idées et c’est aussi en travaillant ensemble à la fois au projet et aussi les mains dans la terre que de nouvelles idées vont naitre et s’expérimenter d’une manière que nous ne pouvons pas encore imaginer. Place à la co-création !

le lien au vivant

Il s’agit d’un changement de paradigme. Nous parlons toujours de l’homme et de la nature, de l’être humain et de son environnement. Nous sommes la nature. Il est temps de nous reconnecter au vivant, de prendre notre place avec humilité et en harmonie avec les autres espèces. C’est un changement profond qui s’opère, et qui touche de nombreux aspects de notre vie, notre rapport à l’alimentation, à l’habitat, aux déplacements, aux relations…

Nous œuvrons

Nous participons à ce changement de paradigme, avec un engagement aux côtés de nombreuses personnes et peuples. Nous faisons notre part du colibri, en lien avec une dynamique collective et planétaire, et c’est réjouissant à l’instar d’une belle œuvre artistique !

à retrouver notre place de “terrestre” au sein du vivant.

Notre place est celle d’êtres vivants parmi les autres êtres vivants de la planète, autres qu’humains

Cela nous amène à sortir de notre place de domination et à retrouver un équilibre entre les espèces.